Un voyage hors du commun.

Afin d’atteindre l’autre bout du monde et rejoindre la base française de Dumont d’Urville, il nous a fallu être patient malgré notre excitation. Nous avons tout d’abord pris un TGV pour rejoindre les autres hivernants à Roissy (3h). Là bas, après avoir reçu nos billets, visa australiens et ordre de mission, nous avons embarqué dans un 1er avion pour Hong Kong (12h). Une fois arrivé en Chine, après une bière et quelques heures d’attente, un 2e avion nous a emmené à Sydney (10h). Puis un dernier engin volant nous a conduit à Hobart en Tasmanie (2h). Un bus nous a conduit au port d’Hobart où nous avons pu déposé nos valises à bord du bateau avant d’aller déguster quelques bières australiennes en terrasse !

Le 6 novembre, à 11h30, notre navire l’Astrolabe, quitte le port. Celui-ci est un navire (brise glace) de la marine nationale française. Environ 3 mois par an, il est mis au service de l’IPEV (notre employeur) pour faire les aller-retours entre Hobart et DDU. En temps normal le voyage dure 5 à 7 jours. Cependant, à chaque 1er voyage, le bateau fait un détour par une base australienne pour y déposer vivres et personnel. Le voyage est rallongé de 1 à 2 jours selon la météo, donc le total est d’environ 7 à 9 jours.

Depuis le 1er jour, nous avons été sans cesse secoué de gauche à droite, jour et nuit, avec une intensité variable et parfois impressionnante (nous avons eu pendant une bonne demi journée des vagues de 9m et inclinaison du bateau de 35 à 40° durant cette période, bonjour la nuit!). Par chance (et sans médicaments), je n’ai pas eu le mal de mer, ce qui m’a permis de profiter à fond de ce voyage. En plus de la vue incroyable, j’ai eu la chance de voir une baleine sauter hors de l’eau ainsi qu’un double arc en ciel au milieu de ces immenses vagues. Nous avons eu aussi l’occasion de voir de nombreuses espèces d’oiseaux (albatros, pétrels, etc), animaux marins (phoque, baleine, orques) avec l’expertise d’un hivernant ornithologue.

Après 5 jours de mer, nous sommes entrés dans le « pack » autrement dit la mer de glace avec beaucoup de plaques de glaces (de tailles et épaisseurs différentes, certaines pouvant bloquer le bateau) ainsi que des icebergs. Les tailles sont variables, parfois minuscules parfois gigantesques, bien plus grands et massifs que le bateau. Pendant 2 jours, nous avons vraiment voyagé dans un tout autre monde, une vue incroyable et inoubliable ! Les marins qui nous ont conduit là bas étaient très sympathiques et ouverts d’esprit. Chaque jour, nous avons échangé avec eux et les autres membres de la TA 69 (au cours d’apéro et longues parties de cartes/dés). Nous en avons appris plus sur leur métier, leur vie sur bateau et cela a rendu l’expérience encore plus intéressante !

Bref, le voyage jusqu’à DDU est une aventure extraordinaire en soit, la première d’une longue série !